Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 08:45

 

 

 

 

 

IMGP0245.JPGDans les « Commentaires sur la vie » de Krishnamurti, on découvre cette vérité : hiérarchiser n'est pas aimer. Plus facile à dire qu'à faire.

Nous nous entourons de gens que nous aimons, d'objets qui nous plaisent et de loisirs qui nous correspondent. Avons-nous l'impression de hiérarchiser nos inclinaisons au détriment d'autres ?

Personne n'aimerait partir en vacances avec une connaissance détestable? Bon , je vous le confie, cela a dû nous arriver parfois mais parce que cette personne faisait partie d'un groupe ou alors par charité chrétienne nous avons développé une relation basée sur la pitié. Mis à part cela, personne ne culpabilise de préférer plus celui-ci que celui là.

Il  faut comprendre par hiérarchiser : comparer et juger.

Quand je dîne chez Manu, je trouve que ces repas sont extraordinaire et il a un sacré talent . Mais je ne vais comparer sa rouguaille de saucisse réunionnaise à 'excellente blanquette de veau de Anne. Elle est inimitable.

Le défaut qui nous anime et qui apporte une certaine confusion c'est de préférer l'un ou l'autre de ces deux repas, Anne ou Manu et en fonction chez qui je suis , préférer l'un ou l'autre en chassant l'absent.

Cela nous est tous arrivé de passer une bonne soirée et complimenté le cuisinier ou la maîtresse de maison d'une manière appuyée , et sur le trajet de retour critiquer des petits détails....rappelez-vous...

En ce sens là nous hiérarchisons et nos amis, nos préférences se déplacent , montent, descendent dans un Hit Parade ( pardon pour cette appellation désuète qui rappellera Guy Lux aux aînés) imaginaire lié uniquement à l'émotionnel.

Car vouloir comparer et juger insidieusement met en porte à faux notre esprit avec nos sentiments : il es résulte une forme de culpabilité qui sème la confusion non seulement à l'intérieur de nous mais dans les relations que nous avons avec les autres.

Alors on comprend mieux Krishnamurti , hiérarchiser ce n'est pas aimer , c'est confondre.

Nous pouvons aimer et être entièrement dans l'instant avec telle ou telle autre personne sans pour cela comparer cet instant. Quand j'ai mangé la rouguaille de Manu je n'ai pas pensé à la blanquette de Anne, et pourtant j'ai tout autant de plaisir de dîner chez l'un et chez l'autre comme je trouve du plaisir à être avec mes collègues de travail de mon service sans pour cela dénigrer les autres services. Je suis avec , je me définie «  avec » plutôt que « contre ». Aimer ce n'est pas choisir un camp et se définir comme une contre-identité de ce que je déteste . L'autre n'est pas un obstacle : si il n'est pas pour moi, pourquoi être contre lui ?

Ce n'est pas parce que j'aime la rouguaille de Manu que je dois par fidélité à ce repas, au bon moment passé avec lui, détester Anne !

C'est caricatural me direz-vous , oui mais observez vos réactions face à certaines relations et vous verrez que parfois nous sommes avec certains uniquement une réaction d'avec d'autres. Nous pouvons, et c'est humain, parfaitement détester quelqu'un seulement parce que quelqu'un que nous aimons le déteste ou nous en a brosser un portait peu flatteur. Nous le détestons alors parce que nous aimons l'autre et puisque nous l'aimons il ne peut pas nous trahir, il faut lui être fidèle.

 

Hiérarchiser ce n'est pas aimer car c'est diviser, c'est même le contraire de s'enrichir et à l'heure où les radicaux de toutes confessions se déchaînent , ne soyons pas nos propres radicaux qui cultivons une aveugle haine pour simplement prouver aux autres que nous sommes bien là.

 

Je reprend une réplique d'un film de Lelouche en repensant à mes « trois mousquetaires » : quand je suis avec Julien j'ai envie de penser que la politique peut tout, quand je suis avec Bruno je pense que l'Art peut nous sauver, quand je suis avec Christophe, je pense qu'il existe une rédemption à travers la foi. Les trois ont raisons et aucun des trois ne se distinguent  ou se hissent au dessus des trois, ces trois directions sont à mettre sur le même plan. Et il faut résister à la tentation de hiérarchiser ces trois chemins. Je ne serais pas entiers avec eux si je n'étais pas constant avec eux. Et c'est le Constant qui porte en nous la Sérénité.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by taotesqui.over-blog.com - dans Chroniques du Tao
commenter cet article

commentaires

Présentation

Profil

  • taotesqui.over-blog.com
  • C'est dans la profondeur du quotidien que l'on découvre l'extraordinaire c'est en partant de cette citation que je vous propose de m'accompagner sur un chemin...
  • C'est dans la profondeur du quotidien que l'on découvre l'extraordinaire c'est en partant de cette citation que je vous propose de m'accompagner sur un chemin...

Recherche

Liens