Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 11:25

images-copie-5Il avait un filet de voix qui portait dans les aigues et qui obligeait à tendre l’oreille pour écouter. Au bas de la Bute Saint Anne, je voyais souvent en fin d’après-midi par la fenêtre du bus, sa silhouette élancée , sa démarche aussi raide que son nœud de cravate, fouillant du regard à la recherche oisive de tout et n’importe quoi qui alimenterait le capharnaüm appelé par erreur garage. Il prenait tout et ne se séparait de rien.

Le soir , nous écoutions avec concentration les émissions radiophonique, à l’issu des exposés ou des débats, il fermait le poste radio et avait cette faculté de résumer 1 heure d’attention en une phrase, souvent teintée de malice. Malicieux fut aussi un soir où dans un fou rire étouffé, il nous avait conté comment il avait plongé tout un village dans le noir suite à un mauvais branchement d’un grille-pain bricolé. Trente après, lui avais-je répondu, je ne vous dénoncerais par à Edf ! Et son fou rire gêné et enfantin avait redoublé.

Je l’avais convaincu de venir avec moi visionner un film que je considérais alors comme le plus beau film que ne je n’avais jamais vu, Locataire de CKim Ki-duk, film coréen superbe. A la sortie du cinéma, avec son épouse, devant son silence, je lui demandais ses impressions. Il m’avait simplement dit : «  Curieux….. Mais  le terme plus-beau-film-que –je-n’ai-jamais-vu me semble exagéré Christian »

 

Un premier mai nous avions accompagné un groupe effectuer une visite des quais de Nantes. Devant une façade notre guide nous donna une traduction d’une phrase latine gravée au-dessous d’un macaron. A cette énoncé, il avait simplement toussé deux fois et rappelé une règle qui lui semblait élémentaire de grammaire et corriger devant le groupe silencieux, la traduction du guide.

 

Il y a des histoires qui passent, tout doucement , au fil d l’eau, comme la Loire qu’il affectionnait. C’était « le patron » comme l’appelait son épouse, il flirtait avec 88 printemps, et fossoyeur, si tu fais une faute sur sa tombe, attends-toi que ce professeur de français et latin te hante jusqu’à correction…

Partager cet article

Repost 0
Published by taotesqui.over-blog.com - dans Chroniques du Tao
commenter cet article

commentaires

Présentation

Profil

  • taotesqui.over-blog.com
  • C'est dans la profondeur du quotidien que l'on découvre l'extraordinaire c'est en partant de cette citation que je vous propose de m'accompagner sur un chemin...
  • C'est dans la profondeur du quotidien que l'on découvre l'extraordinaire c'est en partant de cette citation que je vous propose de m'accompagner sur un chemin...

Recherche

Liens