Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 09:33

P1020728.JPG

 

«La situation est grave M. Pujadas» L'homme politique fixe le journaliste. Ses yeux sont durs, la mine sombre et sans sourire.

«La situation est grave» ...oui mais pour qui? «Nos citoyens en ont assez de la précarité et des promesses non-tenues, blabla»

Au mot «grave» , j’arrête de illico mon repas, faut plus rire, ni manger, ni digérer.

Et il sait de quoi il parle l'homme politique quand il parle de précarité : énarque détaché, en cas de défaite électorale il sera immédiatement reclassé, quant aux promesses non-tenue, il en a fait tellement lui-aussi pour en arriver là.

C'est grave mais pour qui et surtout pour quoi ? Prendre les choses à la légère est un crime qui met en évidence mon manque de maturité.

Pour l'homme politique, qui n'est pas grave n'est pas sérieux, qui n'est pas pessimiste n'est pas dans la réalité

 

«Votre situation bancaire est grave, vous savez ?» Mon banquier m'observe. Je suis à l'étroit sur ce siège inconfortable et je me sens tout petit . Il a refermé la porte derrière moi et je m'attend à un interrogatoire de Kommandantur.

«Deux cents euros de découverts, vous allez faire comment ?»

C’est grave, je le sais il vient de me le dire, mais j'ai envie de lui dire «je vous fait un chèque ?» . Mais il n'a pas d humour, c'est un banquier, les chiffres ne rient pas, n’ont pas d'état d'âmes, les chiffres s’alignent au garde à vous , seulement.

Je lui parle de tout ces millions perdus sur le marché par la banque, des subprimes.

«Oui mais là vous me parlez de macro-économie, moi je vous parle de votre compte» se contente t-il de me répondre.

Pour mon banquier, grave veut dire immoral, impensable, interdit.

 

«C'est grave, tu ne comprends même pas ta propre religion. Moi je viens de me convertir, et je comprends tout».

Il vient tout juste de se convertir, et voilà que derrière ses yeux accusateurs, toutes mes années de religion plus ou moins assidues s'écroulent sous son jugement, il est pire qu'un intégriste.

«Tu prends la religion pour une simple pratique culturelle ?» Oh monsieur à des arguments...alors que moi qui baigne inconsciemment dans cette religion je suis cette religion dans mes gênes, dans ma manière de penser, une façon d'être alors que lui qui doit tout ramener à sa nouvelle philosophie. Un enfant qui se pose continuellement la question de savoir si il fait bien. .

J'ai envie de lui dire : «je suis née avec, je la transpire moi mon pote, alors que pour toi, elle n'est qu'une spéculation intellectuelle»

Non, je l'écoute m'apprendre ce que je sais déjà avec une exaltation de puceau qui découvre ses premiers émois.

Pour le converti, grave c'est être mécréant, pêcheur, blasphème.

 

Mais quelque fois, c'est moi qui suis grave. Du « c'est grave ? On va pouvoir réparer ?» demandé à mon garagiste, le portefeuille tremblant, au «c'est grave docteur ?» angoissé , guettant le moindre signe de mon médecin qui pourrait contentait mon espérance à vivre encore un peu.

 

Rien n'est grave, tout est important.

La gravité serait donc l'intensité , la hiérarchisation de l'important. Tout est important dans notre vie car tout ce qui est vécu en état de conscience , enrichit ce que je suis. La gravité est ce ce qui domine l'important, monopolise toutes idées, toutes émotions, toutes actions, sur un seul sujet ou but.

La gravité réduit à un monde étroit , l'important est un monde immense.

Explorer une gravité avec éveil peut être enrichissant si on ne l'impose pas aux autres, si on ne culpabilise pas son entourage qui ne s'en occupe pas.

Tout est important ne veut pas dire que tout est au même niveau. Une promotion n'est pas égale à la perte d'un être cher. Pour autant ces deux situations sont importantes car elles sont à vivre sur un plan émotionnel ou spirituel, elles sont à surmonter. Et si nous vivons tout ce qui nous arrive, nous comprendrons ce qui nous entoure. Nous serons plus indulgents envers ceux qui vivent la même chose que nous , nous serons compatissant.

La gravité différencie, l'important nous relie aux autres. C'est dans l'intensité du moment vécu que se révèle le miel de notre existence, le contours de notre essence.

Donner de l'importance à chaque chose pour être rempli de vie.

Et laissons nos amis politiciens , banquiers et convertis être ce qu'ils souhaitent et perdent leurs temps et leurs énergie à courir après eux-même.

Car derrière ces trois cas, se cachent en réalité l'une des plus vieille tragédie ( ou comédie pathétique) humaine : l'identification. Notre politicien croit être l'idéal qu'il défend , notre banquier être le garant de la pérennité de l'économie et notre converti être la religion qu'il vient de découvrir.

Tous les trois passent leurs temps à nous convaincre de ce qu'ils croient être. Laissons les perdre leurs temps à atteindre l'idéal qu'ils ont postulé et qu'ils nous imposent. La gravité c'est pour eux, de ne pas être pris aux sérieux !

Comme citerait mon ami Lawrence le vénérable Montesqieu : «La gravité est le bonheur des imbéciles»

Partager cet article

Repost 0
Published by taotesqui.over-blog.com - dans Chroniques du Tao
commenter cet article

commentaires

Présentation

Profil

  • taotesqui.over-blog.com
  • C'est dans la profondeur du quotidien que l'on découvre l'extraordinaire c'est en partant de cette citation que je vous propose de m'accompagner sur un chemin...
  • C'est dans la profondeur du quotidien que l'on découvre l'extraordinaire c'est en partant de cette citation que je vous propose de m'accompagner sur un chemin...

Recherche

Liens