Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 décembre 2021 1 13 /12 /décembre /2021 06:49
En attendant Noël : la rose du Canada

Traditionnellement, le 11 novembre dans mon village durant mon enfance, il y avait  un rituel qui semblait immuable et qui conviait une partie de la population. Cela commençait toujours par un rendez-vous devant la plaque commémorative vissée au mur d’une veille maison sur laquelle s’était crashé pendant la guerre un avion piloté par un officier canadien. Les enfants du village étaient conviés, pour ne pas dire réquisitionnés,  pour déposer chacun un bouquet de fleurs en l’honneur du pilote. Invariablement après un court discours du maire, le garde champêtre bloquait la circulation pour que le cortège s’ébranle jusqu’au monument aux morts où la gerbe municipale était déposée avec gravité et solennité, avant le discours du président des anciens combattants. Les adultes partaient à la mairie pour un pot d’honneur, nous les enfants, retournions chez nous. Ma maison était située non-loin de la plaque commémorative du pilote canadien. Je revenais chez moi en jetant un œil aux bouquets qui seraient enlevés deux ou trois jours après. Je jetais un œil sur ces bouquets d’autant plus que le mien , improvisé par ma mère le matin même, lui avait couté : elle avait coupé la dernière rose , une belle rose blanche, figée dans le froid de novembre. Ma mère aimait les roses, surtout les blanches, et les jaunes orangées odorantes. Il n’en restait qu’une, dans le jardin déjà dépouillé, et me l’avait offerte à contre cœur.
Je regardais mon bouquet , puis la plaque. J’avais bien une idée en tête… Si mon bouquet était mis un peu à l’écart, il ne serait pas enlevé… Alors, négligemment, du pied, j’ai poussé le bouquet où trônait la rose blanche, un peu plus loin , derrière le poteau électrique à proximité.
Un coup d’œil à droite, un autre à gauche, personne en vue, un petit coup de pied dans le bouquet, puis le ramener tout en surveillant, derrière le poteau…

Bien sûr que le soir en arrivant je culpabilisais de mon forfait, mais je promettais en silence, de toujours honorer la mémoire de ce pilote s’il me pardonnait d’avoir volé un de ses bouquets.
Le  lendemain , en rentrant de l’école, j’ai, le cœur battant, repris mon bouquet, et enlevé la précieuse rose blanche pour l’offrir à ma mère . Elle fut heureuse de ce cadeau , mais je crus déceler une interrogation quant à  mes explications sur la  découverte de cette fleur.
Le temps  a passé sur mes promesses.  Depuis longtemps le rosier de ma mère a disparu suite à  un gel de janvier, la plaque commémorative  délavée par le temps, et j’ai laissé très loin mon village derrière moi. Jusqu’à…
Jusqu’à une info que je trouvais par hasard dans la presse : dans mon village, la plaque commémorative du pilote canadien venait d’être rénovée et la municipalité avait invité un de ses descendant pour venir l’inaugurer.
Je me suis souvenu alors  de la rose blanche volée. Je me mis en quête sur les réseaux sociaux de retrouver ce descendant pour lui raconter mon méfait et me faire pardonner, mais surtout, pour me raccrocher à mon enfance. Aucune réponse de sa part, je me suis senti tout à coup très naïf sur ma démarche.
Le 11 Novembre dernier, eut lieu dans mon village d’enfance, la cérémonie autour de la nouvelle plaque. Dévoilée par le descendant du pilote canadien , la plaque était étincelante et célébrait l’amitié entre nos deux pays. Mas ce n’est pas tout…. Le descendant du pilote était venu avec un cadeau : un rosier du Canada ! En guise de discours, il déclara : « qu’une vie était comme une rose, on éclot, on fleuri et on finit par faner, mais le plus beau cadeau est que la rose se partage et s’offre ».
Le lendemain, je recevais un message : « Le rosier du Canada ne produit que des roses rouges mais elle pourront s’offrir à tous ceux que l'on aime ».

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

Profil

  • taotesqui.over-blog.com
  • C'est dans la profondeur du quotidien que l'on découvre l'extraordinaire c'est en partant de cette citation que je vous propose de m'accompagner sur un chemin...
  • C'est dans la profondeur du quotidien que l'on découvre l'extraordinaire c'est en partant de cette citation que je vous propose de m'accompagner sur un chemin...

Recherche

Liens