Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2022 3 20 /04 /avril /2022 06:07
La frustration du forfait illimité

Je me demande si les forfaits illimités n’ont pas transformé de paisibles citoyens en capricieux et oisifs consommateurs. Habitués à ne pas être limités et avoir tout, tout de suite, le forfait illimité a fabriqué une génération de consommateurs qui ne comprennent pas la frustration parce qu’ils ne connaissent pas la manque.   Mais la frustration n’est pas un empêchement à l’épanouissement, bien au contraire : elle est source de création. Quand on veut quelque chose, on doit contourner les obstacles, inventer, innover. Le confort paresse même les êtres les plus imaginatifs.

Je me souviens d’une Pentecôte sans argent, sans moyen de transport, et terriblement frustré de ne pas assister à la féria de Nîmes. Mon torero préféré à l’époque était Enrique Ponce. Résigné à rester dans ma chambre malgré le beau temps, j’ai allumé la radio et fermé les yeux . J’écoutais le journaliste commenter les faenas, en direct , plissant les yeux encore un peu plus quand je butais sur un therme trop technique ou inconnu. Je suivais le déroulé de la corrida quand soudain, il y eut un silence. J’ai cru un instant que ma radio était en panne. Les arènes de Nîmes étaient plongées dans ce silence que seuls les aficionados connaissent, celle de l’estocade. Mais Enrique Ponce s’était éloigné du site, hors de portée donc du toro qu’il combattait. Que se passait-il ? Une clameur immédiatement après s'éleva dans le poste, le journaliste hurla  « recibiendo ! »  et mon imagination s’est rejoué sans l’avoir vu, ce recibiendo plusieurs fois d’affilé. J’avais vécu un moment intense, un moment partagé avec ce public si loin de moi. Ma frustration s’était évaporée devant l’excitation de  l’événement.
Mon imagination avait pris le relais de ma frustration qui aurait pu à ce moment là se transformer en colère. La transmutation n’est pas que physique, le changement de nature est à portée de nous si on veut bien mettre de côté la violence du manque et transformer le victimaire en formidable dynamique.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires